vendredi 20 octobre 2017
Qualité Couleur  
Accueil Axes qualité Diaporama Logiciel Plus
     

Toute perception de la qualité se fonde sur une impression première. Celle-ci peut s’exprimer par la couleur. La couleur est précise et reproductible, elle est calculable, on peut donc en faire des statistiques.

La couleur est à base trois, ce qui ouvre de nouvelles dimensions pour décrire et développer la qualité.

Pour décrire un flux, le noir  et blanc suffisent : ils expriment la satisfaction des besoins du client.
Pour décrire une prestation avec de multiples interactions, il est plus économique de se baser, non sur les flux, mais sur les nœuds du réseau. On s’intéresse alors aux marques, aux acteurs, aux systèmes, leur qualité est habituellement constante. Ce système peut être un partenaire, un fournisseur, un client, un département, un projet, une équipe, etc.

1/ Ce qui suggère la définition suivante de la qualité :

Propriété interne d’un système tel qu’il apparaît globalement à l’extérieur.

Système

L’invariant qualitatif au cœur du système peut alors se décrire par la couleur. Le logo d’une entreprise représente ainsi la qualité que les dirigeants souhaitent impulser dans celle-ci.

2/ On décrit la qualité par ses interactions, on peut la définir selon l’accord avec la raison d’être, c’est une approche orientée par les buts ou intentions, développée en Requirement Engineering, notamment à Paris 1. D’où la définition intensionnelle :

 

La qualité est le rapport entre la raison d'être et l'activité

Cette définition élargit aussi le spectre de la qualité et s’illustre aussi en couleurs ; elle prend en compte la tension qui sous-tend l’unité d’action; cette vue est particulièrement utile lors de crises ou de refondation d'activité.